Grand Est : les élus valident le nom de la nouvelle région | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Si le parti socialiste s’est abstenu de voter, les 104 élus des Républicains ont validé ce choix, et les 46 représentants du FN ont voté contre.
Si le parti socialiste s’est abstenu de voter, les 104 élus des Républicains ont validé ce choix, et les 46 représentants du FN ont voté contre.
©

Fusion

Grand Est : les élus valident le nom de la nouvelle région

Désigné par 75 % des 289 000 votes des internautes, le nom "Grand Est" a été préféré à "Nouvelle Austrasie", "Acalie" et "Rhin-Champagne".

Au terme de plusieurs semaines de débat et d'une consultation citoyenne, le nom plébiscité par les habitants de la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, "Grand Est", a été adopté à la majorité par les 169 conseillers régionaux ce vendredi à Strasbourg. 

Désigné par 75 % des 289 000 votes des internautes, le nom "Grand Est" a été préféré à "Nouvelle Austrasie", "Acalie" et "Rhin-Champagne". Si le parti socialiste s’est abstenu de voter, les 104 élus des Républicains ont validé ce choix, et les 46 représentants du FN ont voté contre, alors que plusieurs conseillers jugent que ce nom "n'a pas de sens". Florian Philippot (FN) a quant à lui dénoncé le choix et la procédure pour changer le nom de la grande région et estime que le président Philippe Richert a "fait fi des règles" en ajoutant un quatrième nom. 

"Je suis heureux d'annoncer qu'à partir d'aujourd'hui, le nom de notre région sera le Grand Est. Mais nous continuerons à être des Alsaciens, des Lorrains, des Champenois, des Ardennais", a souligné Philippe Richert. 

>>>> À lire aussi : "Hauts-de-France", "Acalie", "Nouvelle Austrasie"... derrière les nouveaux noms de région aux allures de gadget médiatique, un prisme idéologique ravageur

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !