Goldman Sachs recrute José Manuel Barroso, l’ancien président de la Commission européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Goldman Sachs recrute José Manuel Barroso, l’ancien président de la Commission européenne
©Reuters

Sans rire

Goldman Sachs recrute José Manuel Barroso, l’ancien président de la Commission européenne

L'ex-président portugais sera chargé de conseiller la branche londonienne de la banque.

Voilà une information qui risque de ne pas améliorer l'image des instances européennes. Ce vendredi, la banque d’affaires américaine Goldman Sachs a annoncé avoir recruté José Manuel Barroso, au poste de conseiller et président non exécutif de ses activités internationales. Un recrutement dû au carnet d'adresses bien fourni de l'ancien de l’ancien Premier ministre du Portugal. Ce dernier a effectué deux mandats, restant dix ans à la tête de la Commission européenne (de 2004 à 2014). Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que le souvenir qu'il y laisse est plutôt tiède.

Le Monde note que "son embauche intervient alors que la banque doit se préparer aux conséquences du Brexit". Alors que Goldman Sachs International possède son siège à Londres, "son activité dépend en grande partie du -passeport européen-, ce sésame accordé aux établissements des pays membres de l’UE, leur permettant d’offrir leurs services partout au sein du marché intérieur" précise le quotidien.

Son arrivée a fait bondir plusieurs responsables. Dans un communiqué, les eurodéputés socialistes français ont fustigé "unnouveau pantouflage, qui ressemble fort à un conflit d’intérêts". "M. Barroso est l’un des responsables de la situation actuelle de l’UE. Ses dix années passées à la tête de la Commission ont laissé l’Europe exsangue, frappée par le chômage de masse.Nous exigeons une révision des règles pour empêcher de tels recrutements d’anciens commissaires européens". Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles, parle lui de "bras d'honneur à l'Europe".

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !