Gilles Bernheim : nouveau plagiat révélé pour l'ancien grand rabbin de France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Gilles Bernheim a été contraint à la démission début mai après avoir reconnu divers mensonges et "emprunts" dans ses livres.
Gilles Bernheim a été contraint à la démission début mai après avoir reconnu divers mensonges et "emprunts" dans ses livres.
©Reuters

Encore un...

Gilles Bernheim : nouveau plagiat révélé pour l'ancien grand rabbin de France

L'hebdomadaire Marianne assure que Gilles Bernheim a plagié le poète-résistant Pierre Emmanuel lors d'un discours prononcé le 4 novembre 2012 à Dieulefit.

Nouvelle affaire de plagiat pour l'ancien grand rabbin de France. L'hebdomadaire Marianne révèle en effet ce vendredi que Gilles Bernheim qui a dû démissionner le 11 avril dernier pour des affaires de plagiat dans ses livres aurait également plagié lors d'un discours prononcé le 4 novembre dernier 2012 à Dieulefit dans la Drôme le poète-résistant Pierre Emmanuel.

Marianne explique ainsi que dans son discours repris du texte publié en mars 2006 et signé de son nom, "Des mots sur l'innommable. Réflexions sur la Shoah", l'ex-grand rabbin de France a volé "un long texte du poète gaullien et catholique Pierre Emmanuel, auteur de Jours de Colère, résistant caché à Dieulefit". Le texte "Des mots sur l'innommable. Réflexions sur la Shoah" avait été publié dans les Études du Conseil représentatif des institutions juives de France.

Pour rappel, Dieulefit, village dans lequel Gilles Bernheim a prononcé son discours plagié, avait accueilli mais également protégé de nombreux réfugiés, enfants juifs et leurs familles lors de l'Occupation. Le père de l'ancien grand rabbin de France y avait d'ailleurs lui-même passé plusieurs mois l'année 1943. Après son discours, Gilles Bernheim l'avait offert, encadré, au maire du village Christine Priotto.  

L'hebdomadaire à l'origine de la découverte de ce nouveau plagiait indique que Gilles Bernheim a "respecté avec une grande attention [le texte de Pierre Emmanuel], se contentant de supprimer toutes les allusions aux communistes et d'y loger son père à la place de Pierre Emmanuel quand celui-ci parle à la première personne". 

Les réactions n'ont pas tardé suite à cette nouvelle révélation de plagiat de Gilles Bernheim. Le président du Crif Richard Prasquier s'est ainsi déclaré "accablé" ajoutant : "On n'est plus dans un domaine d'explication rationnelle. Je ne pense pas qu'on lui rende service en glissant sur ces choses. Maintenant, je pense que l'homme, qui est capable de discours remarquables, doit être aidé. Il faut l'aider à se reconstruire". 

Lu sur Marianne

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !