Germanwings: pour voyager à l'oeil, elle se fait passer pour la cousine d'une victime du crash de l'A320 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Germanwings: pour voyager à l'oeil, elle se fait passer pour la cousine d'une victime du crash de l'A320
©

Sans scrupules

Germanwings: pour voyager à l'oeil, elle se fait passer pour la cousine d'une victime du crash de l'A320

Une Allemande s'est présentée comme la cousine d'une des victimes du crash de l'A320 de Germanwings pour se rendre gratuitement à deux reprises dans le sud de la France.

Certains sont près à laisser la décence au vestiaire pour économiser quelques euros... Une Allemande a profité des vols mis en place par la Lufthansa pour amener les familles des victimes sur les lieux du crash de l'A320 dans les Alpes afin de se rendre gratuitement dans le sud de la France.

Le père d'une des victimes a expliqué au journal allemand Halterner Zeitung que cette femme s'est présentée comme la cousine d'une des deux enseignantes qui se trouvaient à bord de l'appareil. Or, elle n'est "ni une amie, ni une connaissance" de la victime, a indiqué son père.

L'imposteur a voyagé à deux reprises avec trois de ses proches vers le sud de la France. Elle s'est rendue sur le site du crash à Seyne-les-Alpes, a visité le mémorial situé à Vernet érigé en mémoire des victimes et a même pu profiter de la cellule de prise en charge psychologique, destinée aux proches des victimes. C'est à ce moment-là que la Lufthansa a compris la supercherie. 

Le porte parole de la compagnie, Klaus Gorny, a porté plainte. La police a ouvert une enquête pour fraude. "Nous sommes profondément désolés que cet incident soit venu perturber le deuil des familles", a assuré Klaus Gorny auprès du Halterner Zeitung.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !