Gérard Larcher veut s'émanciper des Républicains pour "reconstruire un projet qui rassemble la droite et le centre" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Gérard Larcher veut s'émanciper des Républicains pour "reconstruire un projet qui rassemble la droite et le centre"
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Renaissance

Gérard Larcher veut s'émanciper des Républicains pour "reconstruire un projet qui rassemble la droite et le centre"

Interrogé sur France Info, Gérard Larcher a rappelé "l'urgence" de reconstruire la droite avant les municipales de 2020.

Suite à la débâcle historique des Républicains qui n'a récolté que 8,48% des voix  lors des élections européennes, Gérard Larcher s'est exprimé sur l'avenir de la droite. Interrogé sur France Info, le président LR du Sénat a affirmé lancer une démarche hors des Républicains pour "reconstruire un projet qui rassemble la droite et le centre".

Soutien de François-Xavier Bellamy pendant la campagne, il a fait part de sa déception. "Je croyais qu'il se passait quelque chose" a-t-il affirmé. "François-Xavier Bellamy avait une forme de fraîcheur mais il nous a laissé dans un coin du ring". Ne pouvant "se résoudre à ce que Les Républicains n'incarnent qu'un segment qui pèse 8%" au sein du paysage politique, Gérard Larcher a fait part de sa volonté de revoir "profondément" la ligne du parti.

"Je vais proposer aux présidents de groupe parlementaire, aux présidents des trois grandes associations d’élus […] que nous nous retrouvions la semaine prochaine" pour "engager une démarche au travers des territoires pour reconstruire un projet qui rassemble la droite et le centre" a déclaré Gérard Larcher.

Le président du Sénat a jugé "ce rassemblement de la droite et du centre […] indispensable". Il a également brandi "l'urgence pour préparer les municipales de 2020", la droite n'ayant "pas trois ans pour reconstruire Les Républicains".

Gérard Larcher conteste cependant avoir demandé la démission de Laurent Wauquiez. "J'avais dit à Laurent Wauquiez que cette réunion était prématurée. On n'était pas à 24 heures près, si ce n'est pour conjurer une angoisse" a-t-il déclaré à propos de son absence du bureau politique. Laurent Wauquiez, dans la tourmente après la débâcle de son parti, a proposé des "états généraux" à la rentrée.

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !