Gérald Darmanin répond sèchement au rappeur Gims qui demande la nationalité française | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Maitre Gims
Maitre Gims
©FETHI BELAID / AFP

Recadrage

Gérald Darmanin répond sèchement au rappeur Gims qui demande la nationalité française

Le chanteur réside une bonne partie de l'année à Marrakech au Maroc

Interrogé sur la nouvelle demande du rappeur Gims d'accéder à la nationalité française, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a répondu ce mardi matin sur France Inter qu'il "assume le fait que des instructions sont très clairement données pour refuser la nationalité française, qu'on soit connu ou pas, lorsqu'on est tenant d'un islam rigoriste".

Le ministre fait référence à une récente polémique, une vidéo publiée le 1er janvier dans laquelle le chanteur appelait les musulmans à ne pas fêter la nouvelle année. "S’il vous plaît, laissez-moi avec les ‘Bonne année, Nouvel an’… Laissez-moi avec ça", disait Gims. Le rappeur a depuis présenté ses excuses dans le Journal du Dimanche : "Je suis vraiment désolé pour ma vidéo sur la bonne année"

Gims a ajouté : "C'était un ovni, je ne communique pas comme ça habituellement. Je ne voulais pas blesser des gens. La foi, ça relève de l'intime. Il ne faut pas que les réseaux sociaux soient un tremplin pour parler de ça. Ça ne change en aucun cas mes relations avec mon public, animiste, ­bouddhiste, catholique, musulman… Cette vidéo a été faite avec spontanéité, tard le soir. Je suis vraiment désolé."

Ce matin, Gérald Darmanin rappelle qu'une première demande de nationalité française a été refusée en 2017 au rappeur congolais qui a presque toujours vécu en France. "Les services du ministère de l'Intérieur vont pouvoir réétudier sa demande -puisqu'on le fera évidemment- mais ne pas souhaiter bonne année puisque ce n'est pas conforme à ce qu'auraient fait les amis, les copains ou les frères de tel ou tel personnage aussi sacrés soient-ils, ce n'est pas une bonne preuve d'assimilation à la nationalité française", lance le ministre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !