Georges Tron : l'ex-ministre UMP renvoyé aux assises pour viols et agressions sexuelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Georges Tron : l'ex-secrétaire d'Etat sera finalement jugé pour viols et agressions sexuelles.
Georges Tron : l'ex-secrétaire d'Etat sera finalement jugé pour viols et agressions sexuelles.
©AFP

Retournement de situation

Georges Tron : l'ex-ministre UMP renvoyé aux assises pour viols et agressions sexuelles

La chambre de l'instruction de Paris a infirmé l'ordonnance de non-lieu dont Georges Tron et son adjointe à la mairie de Draveil avaient bénéficié en 2013.

Revirement de situation dans l'affaire Georges Tron. Après avoir obtenu un non-lieu en décembre 2013, l'ex-secrétaire d'Etat UMP et son adjointe à la culture à la mairie de Draveil (Essonne), Brigitte Gruel, seront finalement jugés pour viols et agressions sexuelles en réunion envers deux anciennes employées municipales de la commune. La chambre de l'instruction de Paris a décidé que les faits soient jugés devant les assises de l'Essonne, a annoncé ce lundi 15 décembre Vincent Ollivier, l'avocat de l'une des plaignantes. Georges Tron, qui n'a pas encore réagi à ces déclarations, peut encore se pourvoir en cassation.

Soi-disant adepte de la réflexologie plantaire, Georges Tron avait reconnu avoir caressé les pieds des plaignantes, se défendant pour autant de toute intention sexuelle. Il avait alors dénoncé une vengeance de la part de ses employées et un complot politique du Front national. Car les plaignantes étaient défendues par Me Gilbert Collard, proche de Marine Le Pen et devenu en 2012 député du Rassemblement Bleu Marine. 

Lu sur Europe1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !