Fusillade en Seine-Saint-Denis : Christiane Taubira songe à "modifier" la loi sur les sorties des prisonniers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Fusillade en Seine-Saint-Denis : Christiane Taubira songe à "modifier" la loi sur les sorties des prisonniers
©Reuters

La révolte

Fusillade en Seine-Saint-Denis : Christiane Taubira songe à "modifier" la loi sur les sorties des prisonniers

"En tant que ministre, ma responsabilité est aussi de tout faire pour que le suivi des détenus soit le plus serré et le plus adapté à la personnalité des individus, pour éviter que de tels drames ne se reproduisent", a estimé Christiane Taubira.

Christiane Taubira envisage de "modifier" la loi sur les sorties des détenus, suite à la fusillade qui a éclaté dans un entrepôt de livraison de bijoux de Saint-Ouen le 5 octobre dernier et blessé grièvement un policer. Parmi les braqueurs, un prisonnier de 24 ans qui bénéficiait d'une permission de sortie pour raisons familiales et qui n'avait pas regagné la prison. Durant les échange de tirs, l'officier de la brigade anticriminalité de Saint-Denis a reçu deux balles, l'une dans la tête, l'autre dans le cou. Il est toujours dans "un état désespéré" comme l'avait indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet.

Face à ce drame, la ministre de la Justice a "commandé un examen précis" des textes de loi, pour "savoir s'il y a lieu de les modifier de façon (...) à imposer systématiquement une escorte pour certains détenus, y compris pour ces motifs de maladie grave ou de formalités administratives suite à un décès". "En tant que ministre, ma responsabilité est aussi de tout faire pour que le suivi des détenus soit le plus serré et le plus adapté à la personnalité des individus, pour éviter que de tels drames ne se reproduisent", avait déclaré Christiane Taubira, qui se sait attendue au tournant par les syndicats de policiers.

Lu sur France tv Infos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !