Fusillade au Canada : La pire tuerie qu'ait connu le pays | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Fusillade au Canada : La pire tuerie qu'ait connu le pays
©

Enquête

Fusillade au Canada : La pire tuerie qu'ait connu le pays

Un homme armé a tué au moins 16 personnes dans la nuit du 18 au 19 avril, au Canada. La pire fusillade qu’ait connu le pays dans son histoire récente.

Dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 avril en Nouvelle-Ecosse (Canada), un homme armé a tué au moins 16 personnes. Brenda Lucki, la responsable nationale de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) « a annoncé en milieu de soirée un bilan d'au moins 16 morts, dont une policière, en plus du tueur, selon la chaîne publique CBC », peut-on lire sur le site de France Info. 

 
L’assaillant, Gabriel Wortman « a semé la mort en plusieurs endroits, dans des circonstances et pour une raison encore mystérieuses qui ont choqué le pays, où les fusillades de masse sont rares ».  Agé de 51 ans, ce prothésiste dentaire a fini par trouver la mort lors de son arrestation, suite à une chasse à l'homme d'une douzaine d’heures. 
 
Les enquêteurs doivent encore éclaircir quelques ombres, telles que les motivations du tueur. « Il est trop tôt pour parler de mobile », a expliqué lors d'un point presse le responsable des enquêtes criminelles de la police fédérale de Nouvelle-Ecosse. Plusieurs victimes « ne semblent pas avoir de lien avec le tireur », a-t-il noté. Mais « le fait que cet individu disposait d'un uniforme et d'une voiture de police laisse certainement penser que ce n'était pas un acte spontané ».
 
La police a également indiqué qu'elle tenterait de savoir si la tuerie a « un lien quelconque avec l'épidémie de coronavirus, qui a entraîné la fermeture des activités non-essentielles dans tout le pays »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !