Catastrophe nucléaire : le héros anonyme de Fukushima | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La centrale de Fukushima vue du ciel.
La centrale de Fukushima vue du ciel.
©

Miracle

Catastrophe nucléaire : le héros anonyme de Fukushima

Plus de trois mois après la catastrophe, un premier bilan. Et des révélations sur le "héros anonyme" qui aurait évité une catastrophe bien pire encore en allant à l'encontre des ordres de Tepco, l'opérateur de Fukushima.

Quelques mois après la catastrophe de Fukushima, tentative de bilan par Michio Kaku, un physicien de la City University of New York (CUNY) qui salue le technicien anonyme qui a décidé d'inonder les trois réacteurs accidentés avec de l'eau sans attendre, comme ses supérieurs lui demandaient. Ce bilan intervient tandis que le Japon tout entier doit économiser l'électricité de manière très contraignante.

Michio Kaku constate qu'après des mois de langue de bois, l'opérateur de la centrale a reconnu ce que beaucoup de physiciens américains suspectaient : le cœur des trois réacteurs a quasiment fondu à 100 %.

Il ajoute que l'on a évité le Syndrome Chinois (la destruction totale de l'enveloppe des réacteurs), parce qu'un technicien a ignoré les ordres de sa direction. Celle-ci aurait voulu attendre le dernier moment  pour refroidir les réacteurs avec de l'eau de mer (salée donc corrosive) ce qui devait les endommager et détruire tout espoir de réparation. Le technicien dont le nom n'a pas été révélé n'a pas obéi à ses supérieurs. Pour Kaku, cet homme est un héros.

L'opérateur de Fukushima, Tepco, a aussi reconnu qu'il y avait eu deux fois plus de de radiations relâchées dans l'environnement que la version officielle ne le laissait croire.

Les réacteurs continueraient, selon Kaku, à émettre des radiations, parce que l'eau serait au contact direct de l'uranium fondu. Et enfin les estimations varient sur la durée des opérations de décontamination. Toshiba parle de 10 ans, Hitachi parle de 30 ans. Un ingénieur parle de 100 ans. Kaku écrit qu'il a fallu 14 ans pour décontaminer la centrale de Three Mile Island, tandis que la pollution et les travaux continuent à Tchernobyl, 25 ans après l'accident.

Quoiqu'il en soit, "Escalators arrêtés, lumières éteintes, vacances forcées : le Japon réduit sa consommation d'électricité cet été pour compenser l'arrêt de réacteurs nucléaires depuis le tsunami et l'accident de Fukushima." signale l'AFP précisant que "Tepco est sous pression depuis l'accident de Fukushima et n'exploite plus que quatre de ses 17 réacteurs nucléaires."

Lu sur Big Think

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !