Fukushima : Masao Yoshida, le directeur de la centrale lors de l'accident, est mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Masao Yoshida le directeur de la centrale de Fukushima lors de la catastrophe est mort
Masao Yoshida le directeur de la centrale de Fukushima lors de la catastrophe est mort
©REUTERS/Tokyo Electric Power Co/Handout

L'homme qui a évité le pire

Fukushima : Masao Yoshida, le directeur de la centrale lors de l'accident, est mort

Il est décédé mardi à l'âge de 58 ans des suites d'un cancer de l’œsophage.

Il avait été un symbole. Le symbole de la lutte contre les éléments. Au cœur de la catastrophe, tel un capitaine de navire, il avait refusé d'abandonner son poste. Masao Yoshida était le directeur de la centrale de Fukushima au moment de l'accident en mars 2011. Un homme qui avait parfois désobéi aux ordres pour éviter que le pire ne se produise. Mais comme toute belle histoire il y a une fin. Masao Yoshida est décédé mardi à l'âge de 58 ans des suites d'un cancer de l’œsophage. Il s'est éteint dans un hôpital de Tokyo, après des mois de traitement.

Selon la compagnie Tepco, Masao Yoshida aurait reçu une dose de radiations de 70 millisieverts entre l'accident en mars 2011 et son départ de cette centrale du Nord-Est six mois plus tard. Mais, l'entreprise assure que son cancer ne serait pas directement imputable à ces radiations. Elle argue en effet que, pour qu'un tel lien existe, il faut un délai plus long, d'environ cinq années, avant que les rayonnements n'entraînent ce type de cancer.

Masao Yoshida était devenu directeur de la centrale de Fukushima en juin 2010, quelques mois avant le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 qui allaient mettre en péril quatre des six réacteurs du site. C'est lui qui a géré cette crise sans précédent dans des conditions terribles. Il s'est ainsi parfois opposé aux directives incohérentes ou aux lenteurs du siège de son entreprise. Masao Yoshiba a même désobéi à certains ordres qui lui semblaient techniquement dangereux. Ce qui a certainement  permis d'éviter que la situation ne devienne complètement incontrôlable, selon des experts du secteur. Il a toutefois dû abandonner son poste fin 2011 en raison d'un diagnostic de cancer de l’œsophage.

Lors d'un rare entretien accordé à la presse en novembre 2011 avant de quitter la centrale, Masao Yoshida avait déclaré : "Dans la semaine qui a suivi l'accident, j'ai bien cru à maintes reprises que nous allions mourir." Et d'ajouter "j'ai pensé que c'était la fin lorsque se sont produites des explosions d'hydrogène dans les bâtiments des réacteurs 1 et 3 et lorsqu'il était impossible d'injecter de l'eau dans le 2". Une vidéo de Masao Yoshida a également été projetée en août 2012 lors d'une conférence dans la ville de Fukushima, entretien filmé dans lequel l'ex-directeur exprimait le vœu que "non seulement au Japon, mais aussi dans le monde entier, les enseignements tirés de cet accident servent à améliorer la sûreté des installations nucléaires".

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !