Fukushima : commémoration des deux ans de la catastrophe nucléaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Fukushima : commémoration des deux ans de la catastrophe nucléaire
©

Tirer les leçons

Fukushima : commémoration des deux ans de la catastrophe nucléaire

Le 11 mars 2011, un séisme et un tsunami frappaient la côte nord-est du Japon, faisant près de 19 000 morts.

Le 11 mars 2011, un séisme et un tsunami frappaient la côte nord-est du Japon, faisant près de 19 000 morts, endommageant la centrale n°1 de Fukushima Daiichi. S'en suivait un accident nucléaire sans précédent.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe s'est exprimé pour apporter son soutien aux victimes et aux les sinistrés. Il a enjoint la population a poursuivre ses efforts pour aider les sinistrés : "La force de tous est encore nécessaire dans la zone sinistrée", a-t-il insisté dans un message vidéo posté sur Youtube et relayé entre autres sur Twitter et Facebook. "Participez aux actions bénévoles, faites des dons, voyagez dans la région sinistrée et achetez des produits du Tohoku (nord-est)", a déaclaré M. Abe, rappelant qu'il y a "plein de façons d'aider les sinistrés".

Une minute de silence a été observée dans tout le pays à l'heure du séisme à 6h46

Des milliers de manifestants ont défilé dimanche dans les rues de Tokyo pour réclamer la sortir du nucléaire, à la veille du deuxième anniversaire du tsunami.

Les cinquante réacteurs nucléaires du pays ont été fermés pour une évaluation des risques, et seuls deux réacteurs ont été remis en marche depuis la catastrophe. Mais l'accession au pouvoir de Shinzo Abe est une mauvaise nouvelle pour le camp des antinucléaires, car le nouveau Premier ministre est favorable à leur réouverture.

Lu sur Les Echos.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !