Fin de partie pour Frédéric Péchenard et Bernard Squarcini | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Fin de partie pour Frédéric Péchenard et Bernard Squarcini
©

Valse aux adieux

Fin de partie pour Frédéric Péchenard et Bernard Squarcini

Proches de Nicolas Sarkozy, les patrons de la police et du renseignement français devraient être écartés par François Hollande.

Frédéric Péchenard, directeur général de la police nationale (DGPN), et Bernard Squarcini, chef de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), devraient être remerciés dès le conseil des ministres de mercredi, selon l'AFP.

Considérés comme très proches de l'ex-président Nicolas Sarkozy, ils n'avaient guère d'illusion sur la possibilité de conserver leur poste. En février, François Hollande les avait associé à "l'Etat UMP" et avait indiqué que "ceux qui sont liés à ce système aur[aient] forcément à laisser la place à d'autres".

Face à l'imminence de ces départs, l'ex-ministre UMP Xavier Bertrand a dénoncé une "chasse aux sorcières" :

Frédéric Péchenard pourrait prendre la tête de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt), ou entrer à l'Inspection générale de l'administration.

Bernard Squarcini, lui, doit être entendu dans l'affaire des "fadettes" des journalistes du Monde, dans laquelle il a été mis en examen.

Lu sur LePoint.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !