Frédéric Mitterrand : l'ex-ministre de la Culture dézingue Filippetti et les socialistes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Frédéric Mitterrand a tiré à boulets rouges sur Aurélie Filippetti
Frédéric Mitterrand a tiré à boulets rouges sur Aurélie Filippetti
©Reuters

Tirs à vue

Frédéric Mitterrand : l'ex-ministre de la Culture dézingue Filippetti et les socialistes

Dans un entretien au Figaro ce dimanche, il déclare qu'Aurélie Filippetti a une "approche totalement dogmatique de la culture".

Frédéric Mitterrand s'est lâché. Dans un entretien au Figaro ce dimanche, il a eu la critique facile. Et c'est Aurélie Filippetti qui en a pris pour son grade. En effet, l'ex-ministre de la Culture a estimé que celle qui lui a succédé rue de Valois, a une "approche totalement dogmatique de la culture". Plus généralement, il a assuré que les "socialistes n'ont pas de vision culturelle". Ainsi, revenant sur le départ du directeur du Musée Guimet Olivier de Bernon, de celui du Centre national du livre (CNL) Jean-François Colosimo, ou encore du directeur du Centre dramatique national de Montpellier Jean-Marie Besset, Frédéric Mitterrand a jugé qu'il "y a quelque chose de systématique dans les remplacements".

"Qu'un ministre change son cabinet relève du cours normal des choses, il n'y a rien à redire à cela. Changer les grands directeurs d'administration, c'est déjà plus aléatoire. Normalement, la continuité républicaine devrait jouer", considère-t-il, mettant en avant qu'il "travaillait presqu'avec des gens de gauche". Aurélie Filippetti "fait montre d'une approche totalement dogmatique de la culture", accuse Frédéric Mitterrand, qui reproche également à l'actuelle ministre l'abandon de la création du Centre national de la musique en tant qu'établissement public. "Je ne comprends, ni accepte ce geste".

Mais Frédéric Mitterrand ne s'arrête pas là dans ses critiques. Il flingue aussi le Président et le parti socialiste en général. Commentant la part du budget qui revient à la Culture, "à peine 1% du budget de l'Etat", l'ancien ministre juge que le président François Hollande "ne s'intéresse pas à la Culture, ce n'est pas dans son ADN". "Les socialistes n'ont tout simplement pas de vision culturelle", assure l'ex-ministre qui "aspire au retour d'une droite pompidolienne, attentive et modérée" au pouvoir et qu'il voit incarnée en François Fillon, l'ancien Premier ministre

lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !