Fraudes aux allocations chômage : la Cour des comptes veut plus de contrôles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Fraudes aux allocations chômage : la Cour des comptes veut plus de contrôles
©

Tour de vis

Fraudes aux allocations chômage : la Cour des comptes veut plus de contrôles

Dans son rapport annuel, la Cour des comptes note les efforts consentis par Pôle emploi, mais dénonce la hausse rapide des fraudes ces dernières années.

Comme les recettes fiscales ou les billets gratuits de la SNCF, les allocations chômage ont été étudiées de près par la Cour des comptes. Et le résultat n’est pas très bon. Dans son rapport annuel publié mardi, l’institution écrit que "le montant de la fraude détectée sur les allocations d'assurance et de solidarité chômage a progressé rapidement au cours des années récentes". En 2012, le montant des allocations versées à tort par Pôle emploi dépassait les 39 millions d’euros. Il n’était "que" de 9 millions en 2009.

Plusieurs raisons expliquent cette hausse. Il y a d’abord la hausse du montant des allocations versées (+12%). Il y a aussi l’amélioration des outils de contrôle, qui permettent à Pôle emploi d’obtenir des données plus précises. La crise économique, enfin, entraîne elle aussi une augmentation des fraudes. Face à ce phénomène, Pôle emploi doit donc "amplifier" les contrôles. La Cour des comptes note tout de même que des progrès ont déjà été réalisés : les fraudes découvertes sont elles aussi en augmentation (plus de 13 millions en 2009, 37 millions en 2012).

La Cour des comptes formule plusieurs recommandations pour améliorer la lutte contre les fraudes : former les conseillers de Pôle emploi à détecter plus facilement les fausses pièces d’identité, croiser plus systématiquement les fichiers des différents organismes, améliorer les collaborations avec les autres acteurs de la lutte contre les fraudes… Question sanctions, la Cour des comptes estime que celles-ci devraient être plus rapides, plus efficaces, et prononcées directement par Pôle emploi, plutôt que par les préfets aujourd’hui.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !