Fraude fiscale : les 5 plus grandes banques françaises présentes dans les paradis fiscaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
BNP-Paribas aurait installé 31% de sa filiale étrangère dans des paradis fiscaux
BNP-Paribas aurait installé 31% de sa filiale étrangère dans des paradis fiscaux
©Reuters

Révélations

Fraude fiscale : les 5 plus grandes banques françaises présentes dans les paradis fiscaux

Selon une enquête dévoilée ce jeudi 13 novembre par France Info, BNP-Paribas et le Crédit Mutuel ont respectivement installé 31% et 54% de leurs filiales étrangères dans des paradis fiscaux.

Alors que depuis cette année la loi bancaire oblige les banques et l'ensemble des grands groupes français à dévoiler publiquement leurs activités et leur niveau d'imposition dans les paradis fiscaux, une étude dévoilée ce jeudi 13 novembre par France Info risque de faire grand bruit. Selon cette enquête, réalisée par la plateforme "Paradis fiscaux et judiciaires", qui réunit plusieurs associations de lutte contre l'évasion fiscale, la France est massivement présente dans les paradis fiscaux.

Plus précisément, un-tiers des filiales à l'étranger des cinq plus grands établissements brancaires français sont installées dans les paradis fiscaux. Selon France-Info, BNP-Paribas et le Crédit Mutuel ont respectivement installé 31% et 54% de leurs filiales étrangères dans des paradis fiscaux. 26 % du chiffre d'affaires international des grandes banques françaises y serait réalisé. Sans surprise, le pays le plus prisé est le Luxembourg. Le chiffre d'affaire qu'il génère est trois fois supérieur à celui des autres pays. La Belgique, les Pays-Bas, l'Irlande et la Suisse font également partie des dix paradis fiscaux les plus attirants pour les banques.

Autre donnée intéressante : les salariés des filiales situées dans les paradis fiscaux sont "au minimum deux fois plus productifs que les salariés situés dans les autres territoires". Et parfois même plus : selon l'étude, un salarié de la Banque populaire-Caisse d'épargne en Irlande serait 13 fois plus productifs que ses homologues français. Par ailleurs, ces banques n'exercent pas, malgré ce qu'elles veulent faire croire, d'activité réelle dans ces pays. Elles s'en servent surtout comme adresse fiscale. "Ces chiffres, même partiels, confirment que le recours aux paradis fiscaux, loin d'être anecdotique, est au cœur du fonctionnement des banques ayant des stratégies internationales", explique Niaudet, du Secours catholique-Caritas France, co-auteur de l'étude, dans un communiqué.

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !