François Hollande rencontre Angela Merkel pour évoquer le sort de la Grèce dans la zone euro | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
François Hollande rencontre Angela Merkel pour évoquer le sort de la Grèce dans la zone euro
©

RDV

François Hollande rencontre Angela Merkel pour évoquer le sort de la Grèce dans la zone euro

Les deux chefs d’Etat devraient parler du sort de la Grèce.

Après la rentrée française en début de semaine, et une conversation téléphonique mercredi avec le Premier ministre britannique pour évoquer la Syrie, François Hollande effectue ce jeudi sa rentrée européenne. Le président français se rend en effet à Berlin pour rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel.

Et les sujets au programme de leur rencontre sont nombreux. Les deux chefs d’Etat devraient en effet évoquer la diplomatie franco-allemande, la crise en Syrie, mais surtout le sort de la Grèce au sein de la zone euro, ou encore la croissance.

François Hollande et Angela Merkel devraient soulever la question d’un assouplissement des conditions d’austérité imposées à Athènes pour son sauvetage financier. Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, qui rencontrait mercredi le président de l’eurogroupe, demande notamment un sursis de deux ans pour mettre en place le plan d’austérité voté au mois de mars.

La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a par ailleurs expliqué mercredi qu’« à Berlin, François Hollande entend défendre ce qu’il a toujours défendu : mettre en œuvre les décisions du Conseil européen du 28 juin et la nécessité de faire preuve de solidarité et de défendre l’intégrité de la zone euro ».

Parmi les décisions prises par le Conseil européen : améliorer le financement de l’économie à hauteur de 120 milliards d’euros.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !