François Hollande estime que "la pauvreté est une humiliation pour la République" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande lors de son déplacement à Clichy-la-Garenne.
François Hollande lors de son déplacement à Clichy-la-Garenne.
©Reuters

Solidarité

François Hollande estime que "la pauvreté est une humiliation pour la République"

Le président était en visite à Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, pour un déplacement portant sur l'exclusion.

Le retour sur le terrain se confirme pour François Hollande. Après Angoulême, en Charente, la semaine dernière, le président de la République s'est rendu mardi matin à Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, pour un déplacement non-inscrit sur son agenda officiel portant sur le thème de l'exclusion, comme le révélait Le Parisien. Cette visite intervient quelques semaines après la parution du livre de Valérie Trierweiler, "Merci pour ce moment", où elle l'accusait de nommer les précaires "les sans-dents". Des propos que le chef de l'Etat a toujours nié.

Entouré des représentants des plusieurs associations comme Emmaüs, le Secours Populaire ou Collectif Alerte, François Hollande est venu tirer un bilan, plutôt modeste, du plan de lutte contre la pauvreté lancé il y a deux ans. François Soulage, président du Collectif Alerte l'a interpellé sur "la stigmatisation des exclus et des chômeurs". Qui lui a répondu par un discours énonçant de grands principes : "La fierté collective, c'est de permettre que nous puissions, non pas supprimer, éradiquer la pauvreté, mais faire en sorte que tous ceux qui sont loin puissent être ramenés, raccrochés par l'action collective." Ajoutant que "c'est ça qui fait non pas seulement la dignité d'un individu mais la fierté d'une nation."

Pour conclure, François Hollande a lancé que la pauvreté n'est pas seulement une honte pour les personnes touchées mais "c'est une humiliation pour la République". Ajoutant que "les pauvres dans notre pays sont des citoyens non pas comme les autres mais à l'égal des autres."

Lu sur le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !