François Hollande est "un poids mort" pour la France, selon Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande est "un poids mort" pour la France, selon Nicolas Sarkozy
©Reuters

Attaques

François Hollande est "un poids mort" pour la France, selon Nicolas Sarkozy

En meeting dans l'Hérault, le président de l'UMP a vertement critiqué celui qu'il surnomme "Moi, je."

Samedi soir, le PSG était sacré champion de France de football dans le stade de la Mosson à Montpellier. Forcément, Nicolas Sarkozy était présent et il a profité de ce déplacement dans l'Hérault pour s'exprimer devant près de 2000 personnes à Saint-Georges-d'Orques. Sa cible ? François Hollande bien entendu qu'il surnomme "Moi je," référence au débat de l'entre-deux tours de 2012. "La situation est extrêmement préoccupante" s'est exclamé le président de l'UMP. "On savait qu'avec 'Moi je', ça ne serait pas terrible. Ça dépasse toutes nos espérances."

Et les mots ne sont pas tendres. "Il y a une chose qu'il n'a pas comprise : le chômage, après le matraquage fiscal, il en est directement responsable. En 2017, il y a un poids mort pour la France qui appartiendra au passé" lâche-t-il.

Autre cible de ses critiques, la réforme du collège, "invraisemblable" selon lui, portée par Najat Vallaud-Belkacem. Quant à la sortie du patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, qui jugeait son homologue de l'UMP "légèrement xénophobe", la réponse n'a pas trainée. "J'ai vu qu'un responsable politique de gauche, que je ne connais même pas, disait que j'étais 'presque xénophobe'… J'ai toujours pas compris comment on pouvait être presque xénophobe", a raillé Nicolas Sarkozy sous les rires de l'assistance. "En tout cas, lui, il n'est pas 'presque stupide'!"

Lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !