François Hollande appelle l'Union européenne à "entendre ce qui s'est passé en France" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande appelle l'Union européenne à "entendre ce qui s'est passé en France"
©

SVP

François Hollande appelle l'Union européenne à "entendre ce qui s'est passé en France"

A Bruxelles, il a affirmé que "les Français n'ont pas voté contre l'Europe, mais pour que les peuples se reconnaissent dans l'Europe".

François Hollande est en déplacement à Bruxelles pour le premier Conseil européen. Le président de la République s'y est rendu sur la pointe des pieds après la gifle reçue et le tsunami FN dimanche lors des élections européennes. La victoire des eurosceptiques ne le placent pas dans les meilleures conditions pour négocier. Cependant, le chef de l'Etat entend poursuivre "sa mission". "Mon rôle est de continuer à faire ce que je fais depuis 2 ans, c'est-à-dire réorienter l'Europe mais avec encore plus de force" a-til affirmé.

François Hollande a donc continué de plaider pour une "Europe réorientée". "L'Europe doit entendre ce qui s'est passé en France" a expliqué le chef de l'Etat, qui estime que la France ne sort pas affaiblie par les résultats de dimanche. Il a ainsi appelé l'Union européenne à "entendre ce qui s'est passé en France". "La demande principale des électeurs, c'est qu'il y ait plus de croissance, plus d'emploi, et donc qu'il y ait une réorientation de la construction européenne" a-t-il encore déclaré. 

Il a également admis que "quand un électeur sur quatre se porte sur l'extrême-droite, se porte sur le Front national, oui, il y a un problème". Si, selon lui, c'est "un problème pour la France, c'est aussi un problème pour l'Europe". François Hollande a ensuite mis en garde : "si dans quelques années, l'Europe n'a pas répondu aux attentes, alors il y aura d'autres votes, en France comme ailleurs, qui s'exprimeront contre l'Europe". Et contre lui, peut-être aussi...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !