François Fillon assure qu'il quittera la politique s'il échoue à la primaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon assure qu'il quittera la politique s'il échoue à la primaire
©Reuters

Quitte ou double

François Fillon assure qu'il quittera la politique s'il échoue à la primaire

Invité ce vendredi sur BFMTV et RMC, il a affirmé que si son projet n'est pas soutenu, il considérerait qu'il n'aura plus rien à apporter à la politique française, et donc il quittera la politique française.

François Fillon joue son va-tout. L'ancien Premier ministre mise tout sur la primaire de la droite et du centre qui aura lieu les 20 et 27 novembre 2016. Ce vendredi sur BFM, il a indiqué qu'il quitterait la politique s'il échouait. "Je l’ai toujours dit. J’ai occupé des fonctions gouvernementales, j’ai occupé des fonctions de responsable de collectivité locale, j’ai été Premier ministre. Je considère aujourd’hui que j’ai quelque chose à apporter avec un projet de rupture. Si je ne suis pas suivi sur cette question, qu’est-ce que j’ai d’autre à apporter à la vie politique française ? Rien. Donc je quitte la politique. Pour l’instant, je suis plutôt dans l’idée d’être élu" a expliqué le candidat.

A LIRE AUSSI - François Fillon : "La radicalité de mon projet exige de briser les conservatismes et de contourner les prescripteurs d’opinion traditionnels"

"Ce n'est pas pour bouder dans mon coin parce que je n'ai pas obtenu la majorité que je voulais", a-t-il encore affirmé. Puis François Fillon a évoqué le manque de renouvellement dans la classe politique. "Ce qui est vrai, c’est qu’il n’y a pas assez de renouvellement de la vie politique. Il est lié à la société française qui est très cloisonnée. Quand on est dans la politique, on est dans la politique. Quand on veut aller de la politique aux affaires, on vous regarde avec la plus grande suspicion. (…) Il faut réduire le nombre de mandats. Il faut que le monde économique facilite l’accès de leurs employés à la vie publique" a jugé l'ancien Premier ministre. 

Enfin interrogé sur la primaire, il a estimé qu'elle est devenue "un élément incontournable" de la vie politique française. "Il faut demander aux citoyens français plus de participation dans les projets politiques de demain" a-t-il insisté. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !