François Fillon : "Un jour, je parlerai, mais c'est trop tôt" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon : "Un jour, je parlerai, mais c'est trop tôt"
©AFP

Confidences

François Fillon : "Un jour, je parlerai, mais c'est trop tôt"

Dans le JDD, l'ancien candidat à la présidentielle dit avoir envie de savoir qui "a guidé la main" de ses accusateurs.

Muré dans le silence depuis sa défaite au premier tour de la présidentielle, le 23 avril, François Fillon a glissé au JDD : "Un jour, je parlerai, mais c’est trop tôt." L'homme, qui selon le journal a la voix "comme encore cassée par sa défaite", veut "savoir d’où c’est venu et comment ça s’est passé".

Pour lui, les affaires qui ont ruiné sa campagne ont été orchestré par quelqu'un. Mais qui ? Il a trois hypothèses : "Le pouvoir ; quelqu’un de mon camp ; un autre personnage extérieur à la politique [dont il ne veut pas dire le nom]."

Au cours d’une longue enquête, le JDD a interrogé les membres de la garde rapprochée du candidat LR à la présidentielle. Son ancien porte-parole, Thierry Solère, résume : ""François nous a menti, à tous, tout le temps". 

François Fillon reste pourtant droit dans ses bottes. "Je suis tourné vers l’avenir. Et puis seul le résultat compte : si j’avais gagné, on aurait dit que j’avais tout bien géré ; comme j’ai perdu, on dit qu’on a tout fait mal."

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !