François Fillon : l'UMP aurait réglé 300 000 euros pour ses frais d'avion privé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon est ciblé par Valeurs actuelles
François Fillon est ciblé par Valeurs actuelles
©Reuters

Du plomb dans l'aile

François Fillon : l'UMP aurait réglé 300 000 euros pour ses frais d'avion privé

L'hebdomadaire Valeurs actuelles avance ce chiffre et mentionne que cette pratique a eu lieu en 2009 et 2010.

François Fillon est de nouveau ciblé par "Valeurs actuelles". En effet, dans sa nouvelle édition, l'hebdomadaire affirme que l'ex-Premier ministre s'est fait régler par l'UMP des frais d'avion privé. La somme avoisinerait les 300 000 euros. Valeurs actuelles mentionne que cette pratique a eu lieu en 2009 et 2010 notamment pendant la campagne des régionales. "Pour cette seule quinzaine des régionales, l'addition des déplacements de François Fillon réglés par l'UMP s'élève à 254.956,11 euros" affirme l'hebdomadaire.

De son côté, François Fillon se défend et juge qu'il ne peut y avoir "aucune controverse"."En tant que Premier ministre, comme la loi l'exige de chaque membre du gouvernement, tous mes déplacements de nature politique réalisés au profit de l'UMP étaient financés par l'UMP. Pour des raisons de sécurité et de réactivité, l'usage d'avions privés s'est souvent imposé. Ce fait est parfaitement connu, régulier et ne devrait prêter à aucune controverse", a-t-il écrit mardi soir dans un communiqué.

Reste qu'il s'agit encore d'une "mauvaise publicité pour François Fillon. Des factures de jet et d'hélicoptères de 2006 et 2007 étaient déjà réapparus et publiées par la presse, il y a quelques semaines. L'ex-Premier ministre avait indiqué alors "que chaque facture était justifiée".

 

 

Lu sur Valeurs Actuelles

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !