François Fillon : "Je suis en colère quand je vois que la démagogie atteint des sommets dans cette campagne" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon : "Je suis en colère quand je vois que la démagogie atteint des sommets dans cette campagne"
©François NASCIMBENI / AFP

Dernière ligne droite

François Fillon : "Je suis en colère quand je vois que la démagogie atteint des sommets dans cette campagne"

Le vainqueur de la primaire de la droite et du centre a tenu un meeting à Montpellier vendredi soir devant plusieurs milliers de personnes.

Lors de son meeting à Montpllier vendredi soir, François Fillon s'est dit "très en colère" contre la "démagogie" de ses adversaires, lors d'un meeting à Montpellier.

"Je suis en colère quand je vois que la démagogie atteint des sommets dans cette campagne (…) la démagogie de M. Macron qui dit oui à tout le monde et qui sera tout aussi incapable que M. Hollande de décider quoi que ce soit (…) la démagogie de ceux qui inventent de nouvelles chimères, parce que les solutions concrètes ne rentrent pas dans le cadre de leur idéologie", a notamment déclaré l'ancien Premier ministre. 

>>>> À lire aussi : Et voici comment Fillonix le Gaulois gagna la bataille de Gergovie !

Évoquant "les 32 heures. Le revenu universel. Le retour au franc. La fermeture des frontières. La 6ème République...", le candidat a fustigé plusieurs éléments des programmes de Benoît Hamon (PS), Marine Le Pen (FN) ou Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) sans les citer. 

"Mais qui peut croire qu'on va créer des emplois avec ça, qui peut croire qu'on va augmenter la croissance et le pouvoir d'achat, réduire notre dette, faire tourner nos usines en passant aux 32 heures ou en sortant de l'Europe ? Comment est-il possible de prendre à ce point les problèmes à l'envers? (…) Les maux de la France ne viennent pas de l'euro, ils ne viennent pas de l'Allemagne, ils viennent de nous, ils viennent de nos pesanteurs, ils viennent de nos rigidités, ils viennent de nos blocages idéologiques, et ils viennent des socialistes qui les ont sacrément aggravés !", a poursuivi François Fillon. 

 

 

 

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !