François Fillon : "je suis aujourd'hui le seul à proposer un programme de transformation de la société française" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon : "je suis aujourd'hui le seul à proposer un programme de transformation de la société française"
©

A dix mois des primaires

François Fillon : "je suis aujourd'hui le seul à proposer un programme de transformation de la société française"

Le député de Paris était invité au micro d'Europe 1 ce jeudi matin et a livré les grandes lignes de son projet pour la France.

François Fillon est positif. Invité au micro d'Europe 1 ce jeudi matin, le député de Paris s'est targué d'être le seul candidat à droite à avoir un projet. Dix mois avant les élections, François Fillon est "convaincu" de les remporter. "Je ne joue pas pour me placer. Je joue parce que je pense que le message que je porte est le seul qui peut redresser le pays", a-t-il déclaré, assurant "avoir proposé un programme de transformation de la société française qui peut permettre d'atteindre le plein emploi".

François Hollande, ce "sous-ministre du Travail" qui se désintéresse du reste

"L'emploi", ce combat acharné que mène François Hollande, lui qui a annoncé que sa candidature en 2017 reposait sur les chiffres du chômage. Pour François Fillon, le chef de l'Etat est trop occupé à faire des "discours de sous-ministre du Travail", alors que "l'Europe se défait et personne ne dit rien (...) surtout pas la France". L'ancien Premier ministre de Sarkozy dénonce ainsi un "délitement" de l'Union européenne. "L'Europe est incapable d'avoir une politique de réfugiés, les frontières se referment les unes après les autres. L'Europe laisse partir les Britanniques, (...) accepte la situation inqualifiable de la Pologne (...) et vient d'enclencher toute seule une négociation avec la Chine pour reconnaître l'économie chinoise comme une économie de marché, ce qui serait dramatique pour l'économie européenne".

La France doit mettre en place "un nouveau projet européen qui doit être resserré autour de quelques stratégies essentielles", a assuré François Fillon. "On a besoin d'une monnaie pour s'opposer au dollar, d'une politique de l'énergie pour ne pas être totalement dépendants de la Russie, d'une politique des frontières et d'une politique d'immigration, d'une politique de défense parce qu'on n'a jamais été aussi menacés".

Tant qu'on est "vivant le jour des primaires"

Mais relayé à la troisième place des sondages derrière Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, François Fillon ne semble pas s'afficher comme le grand favoris des électeurs. Qu'importe, ce qui compte selon lui, c'est d'être "vivant le jour de la primaire". Persuadé que même la parution du livre de Nicolas Sarkozy ne suffira pas à porter de nouveau l'ancien président à la tête du pays, Fillon se réjouit d'avoir été le premier à faire "l'inventaire".

"Cela fait trois ans que j'explique ce que l'on a réussi ou pas réussi", a-t-il déclaré. "On me l'a beaucoup reproché, Nicolas Sarkozy le premier (qui le fait finalement dans son livre mea culpa, NDLR). Il paraît qu'il ne fallait pas faire l'inventaire. C'est moi qui avais raison et je m'en réjoui." En outre, François Fillon reste confiant à dix mois de la primaire et en explique simplement la raison : parce que ses concurrents "n'ont pas fait l'autocritique suffisante pour bâtir un projet qui soit un projet de transformation radicale".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !