François Bayrou se voit encore en Premier ministre d'Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Bayrou se voit encore en Premier ministre d'Emmanuel Macron
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Ambitions

François Bayrou se voit encore en Premier ministre d'Emmanuel Macron

Le maire de Pau pense"pouvoir aider" le chef de l'Etat, avec sa "vision des choses" et sa "liberté de parole".

Des idées derrière la tête. Si François Bayrou se fait plutôt discret depuis qu’il a démissionné de son poste de ministre de la Justice, l’éphémère Garde des Sceaux se montre toujours très ambitieux. Dans un entretien au Figaro publié mardi soir, le maire de Pau pense "pouvoir aider Emmanuel Macron, avec ma vision des choses, avec ma liberté de parole".

"J'ai la chance d'avoir une parole qui est entendue dans l'opinion, je veux m'en servir pour être constructeur, réparateur, entraîneur", estime-t-il. "La période va être difficile. Dans le pays, où il n'y a plus beaucoup de points de repère, il faut que tous ceux qui ont la capacité à se faire entendre soient présents". Le patron du Modem indique ainsi avoir l’oreille du président et s’être senti entendu, lors de l’interview donnée au Point par le chef de l’Etat, et plus récemment mardi, quand il a prononcé son discours sur l'Europe à la Sorbonne.

Au point d'ambitionner la place de Premier ministre ? Le Figaro le pense. "François Bayrou avance ses pions (…) pour parvenir à décrocher la place qu'il convoite désormais: numéro un bis. Bref, le voilà qui vise Matignon". En ce sens, l'ex-ministre de la Justice ne lâche plus de petites phrases comme il y a quelques mois. "Je n'aime pas tirer sur des gens qui rencontrent des problèmes" souligne-t-il. "Nous avons mené campagne ensemble. Je n'ai pas l'intention de créer des fissures. Et de poursuivre : Mon rôle, c'est plutôt de réparer celles qui pourraient survenir, en représentant une vision cohérente de l'avenir et une démarche politique qui, je l'espère, sera profitable pour la majorité".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !