La France pour une résolution sur la Syrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La France pour une résolution sur la Syrie
©

Révolution Syrienne

La France pour une résolution sur la Syrie

Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères plaide pour une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU sur la répression syrienne a l'encontre des opposants politiques. En déplacement à New-York mardi 7 juin 2011, le chef de la diplomatie française s'est dit prêt à prendre le risque d'un véto de la Russie.

«Le régime syrien est en train de réprimer sauvagement les mouvements populaires. Pour nous, il serait inconcevable que les Nations unies restent silencieuses sur une telle situation » a déclaré Alain Juppé.

Pour ce qui est de la date à laquelle la résolution risque d'être votée rien n'est vraiment arrêté mais il se raconte que cela interviendrai dans les « quelques jours ».

Le seul hic à cette résolution, ce sont les voix de la Russie et de la Chine qui ont toutes les deux fait savoir qu'elles n'étaient pas favorables à une résolution, réfutant l'idée d'une ingérence dans les affaires intérieures du pays. Ce à quoi Alain Juppé a répondu : « Nous verrons ce que feront les Russes. S'ils mettent leur veto, ils prendront leurs responsabilités. Peut-être que s'ils voient qu'il y a 11 votes en faveur d'une résolution, ils changeront d'avis. Il y a donc un risque à prendre et nous sommes prêts à le prendre ».

Le vote passe aussi par des pays comme le Brésil, l'Afrique du Sud et l'Inde qui hésitent encore. Pour ces trois pays, le frein à la résolution réside dans l'idée qu'ils y voient un premier critère vers une intervention militaire comme celle qui a lieu en Libye.

Dans le fond, le projet de résolution réclame deux choses distincts et claires.
-l’arrêt immédiat des violences contre les manifestants.
-la coopération de la Syrie à une enquête diligentée par l'ONU sur les atteintes présumées aux droits de l'homme.

Lu sur RFI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !