Sarkozy : "C'est DSK que le PS voulait" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Sarkozy : 
"C'est DSK que le PS voulait"
©

Petite phrase

Sarkozy : "C'est DSK que le PS voulait"

Le président-candidat a livré sa vision de la campagne du candidat socialiste à la présidentielle dans le train qui le ramenait de Lille, jeudi soir.

Nicolas Sarkozy a affirmé que François Hollande n'était "pas le candidat que les socialistes voulaient, ils voulaient DSK", ajoutant qu'il n'était "absolument pas" surpris par la campagne que mène son principal rival à l'élection présidentielle. 

Nicolas Sarkozy s'exprimait hier soir devant quelques journalistes, dans le train Lille-Paris, qui le ramenait de la métropole du Nord, où il venait de tenir son troisième meeting de campagne.

Mercredi, l'ex-directeur général du Fonds monétaire international était ressorti libre d'une garde à vue à Lille dans l'affaire du Carlton. L'ancien ministre socialiste est convoqué le 28 mars pour être mis en examen pour "complicité de proxénétisme aggravé en bande organisée" et "recel d'abus de biens sociaux" dans cette affaire.

Alors qu'on lui demandait s'il était surpris par la campagne de François Hollande, Nicolas Sarkozy a répondu : "non, absolument pas". "Etre candidat, c'est quelque chose de long", a-t-il dit. "François Mitterrand, Jacques Chirac, et moi" qui "viens de loin", a-t-il cité pour illustrer son propos. "Il y a une dramaturgie, une histoire. François Hollande a des qualités, mais ce n'est pas celui que le PS voulait", a-t-il insisté. "Vous souvenez-vous d'une seule idée de François Hollande?", demande-t-il également.

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !