France : 90 000 immigrés de plus sont entrés chaque année entre 2004 et 2012 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
France : 90 000 immigrés de plus sont entrés chaque année entre 2004 et 2012
©

Enquête

France : 90 000 immigrés de plus sont entrés chaque année entre 2004 et 2012

D'après la dernière enquête réalisée par l'Insee sur la période 2004-2012, 200 000 immigrés sont entrés chaque année en France. Mais en tenant compte du départ de certains d'entre-eux vers d'autres pays et aussi des décès, le chiffre final dépasse de peu 90 000.

L'Insee affirme que les chiffres de l'immigration sont restés stables de 2004 à 2009, entre la fin du mandat de Jacques Chirac et le début de la présidence de Nicolas Sarkozy, avant d'augmenter significativement dès les années suivantes. L'Insee ajoute que le phénomène sur cette période s'explique "essentiellement en raison de l'afflux d'européens". L'étude précise que l'immigration a augmenté de 1,6% par an, comme dans l'ensemble des pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Sur les 46% d'immigrés venant d'autres pays européens entrés en France en 2012, 8% arrivaient du Portugal, 5% du Royaume-Uni, 5% d’Espagne, 4% d’Italie, 4% d’Allemagne, 3% de Roumanie, 3% de Belgique, 2% de Russie, 2% de Suisse et 2% de Pologne.

Quant à l'Afrique, elle représente 30% du total des immigrés entrés dans l'hexagone au cours de cette période. L'augmentation de 1% des immigrés africains entre 2009 et 2012 s'explique par "les entrées d’immigrés originaires du Maroc ou de Tunisie (+ 2,4% et + 2,9% par an), tandis que celles en provenance d’Algérie diminuent (-2,6% par an)" observe l'Insee. L'enquête ne prend toutefois pas en compte les immigrés en situation illégale.

lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !