France : 454 SDF sont décédés en 2013, dont 15 enfants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
France : 454 SDF sont décédés en 2013, dont 15 enfants
©

Triste bilan

France : 454 SDF sont décédés en 2013, dont 15 enfants

Pour établir ces chiffres, le collectif "les Morts de la Rue" s'adresse notamment à différentes associations, aux services sociaux, aux hôpitaux et aux pompes funèbres.

D'après les chiffres rapportés par le collectif "les Morts de la Rue"; 454 sans abris seraient décédés en France en 2013, parmi lesquels se trouvaient 15 enfants. Pour établir ces chiffres, le collectif s'adresse notamment à différentes associations, aux services sociaux, aux hôpitaux et aux pompes funèbres. Sur les 517 cas de décès transmis au collectif "Les morts de la Rue", 63 personnes étaient d'anciens SDF. Un chiffre en particulier a connu une hausse inquiétante, celui du nombre d'enfants décédés dans la rue : 15 en 2013, contre seulement 3 en 2012. Agés en moyenne de quatre ans, ces enfants étaient majoritairement issus de la communauté rom. Ces chiffres comptent également les décès de cinq nouveaux nés. 

Parmi les 454 sans abris décédés en 2013, 91,3 % étaient des hommes, âgés en moyenne de 53,4 ans (en Ile-de-France) et de 48,4 ans (en province). Dans plus de 60% des cas observés, la mort violente des SDF a été avérée, qu'il s'agisse d'agressions, de suicides, d'accidents ou de maladies. 

Précisant que ses chiffres ne reflètent pas un recensement exhaustif des décès de SDF à travers le territoire, le collectif "les Morts de la Rue" tente également d'améliorer ses statistiques sur le temps passé dehors pas les sans abris décédés. Une étude menée sur une soixantaine de cas évoque une moyenne de dix années passées dans la rue. 

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !