France : 1,6% de croissance et 9,5% de chômage en 2016 selon l'OFCE | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'OFCE prévoit également un rythme de croissance de 0,4% par trimestre à partir du troisième trimestre.
L'OFCE prévoit également un rythme de croissance de 0,4% par trimestre à partir du troisième trimestre.
©ERIC PIERMONT / AFP

Prévisions

France : 1,6% de croissance et 9,5% de chômage en 2016 selon l'OFCE

L'institut de recherches économiques lié à Sciences-Po Paris rappelle que l'année 2015 a été marquée par une remontée de l'épargne des ménages, et prévoit pour 2016 et 2017 un redressement des marges des entreprises.

Selon le dernier rapport publié ce mardi par l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), l'économie française devrait connaître une croissance de 1,6% en 2016 et en 2017. D'après l'OFCE, ces prévisions s'expliquent par le lent rétablissement de la France après la crise économique. 

L'institut de recherches économiques lié à Sciences-Po Paris rappelle que l'année 2015 a été marquée par une remontée de l'épargne des ménages, et prévoit pour l'année prochaine un redressement des marges des entreprises et une réduction du déficit des administrations publiques, qui "abordent ainsi l'année 2016 avec de nouvelles marges de manœuvre", et "pourront soutenir la consommation, l'investissement et l'emploi". 

L'OFCE prévoit également un rythme de croissance de 0,4% par trimestre à partir du troisième trimestre, ainsi qu'une poursuite du redressement de l'investissement des entreprises (+3%, après +2% l'an dernier), et un taux de chômage à 9,5 % en fin d'année, "soit une baisse de 0,5 point, dont 0,15 dû à la mise en place du plan de 500.000 formations".

>>>> À lire aussi : Chômage : François Hollande est le seul et le dernier à croire que ça peut s’arranger

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !