Fralib : le patron d'Unilever s'oppose au gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Fralib : le patron d'Unilever s'oppose au gouvernement
©

Cup of tea

Fralib : le patron d'Unilever s'oppose au gouvernement

Le directeur général du groupe, Paul Polman, refuse de céder la marque Eléphant et de sous-traiter aux salariés de l'usine Fralib de Géménos.

Le groupe anglo-néerlandais Unilever, propriétaire de la marque de tisane Elephant, refuse de céder au gouvernement. Le directeur général du groupe, Paul Polman, explique au Figaro qu'ils ont "dû fermer l'usine car nous souffrons d'importantes surcapacités de production de thés et d'infusions en Europe". Il exclut catégoriquement de "céder la marque Eléphant et de sous-traiter des volumes" à l'usine de Géménos, dans les Bouches-du-Rhône. Il ajoute à l'adresse du gouvernement que : "si la France ne respecte pas ses lois, cela fera peser un risque sur les investissements en France".

Cette déclaration intervient alors qu'une délégation de salariés de Géménos sera reçue à l'Elysée le 31 août. Selon le directeur général de l'entreprise Unilever, "le plan social a été validé par les tribunaux, nous avons offert à tous les salariés la possibilité de travailler sur l'un de nos autres sites en France aux mêmes conditions, et nous avons cédé des machines pour un euro symbolique. Je suis convaincu que nous sommes allés bien au-delà de nos obligations légales, cela a coûté très cher". "Le dossier est clos", conclut Paul Polman.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !