FN : échec de la création d’un groupe au Parlement européen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
FN : échec de la création d’un groupe au Parlement européen
©

Trop tard

FN : échec de la création d’un groupe au Parlement européen

Les partis avaient jusqu’à lundi 23 juin à minuit pour s’enregistrer en tant que groupe parlementaire.

"Ce n'est pas passé", a confirmé le vice-président du FN, Florian Philippot, sur Europe 1 ce lundi soir. Pour pouvoir former un groupe, il faut qu’il y ait au moins sept des huit pays membres de l’UE qui soient représentés. Une règle à laquelle n'ont pas su se plier les membres du FN ainsi que ceux du Parti de la liberté néerlandais. 

Concrètement, le front national fera sa rentrée parlementaire le 1er juillet, mais dans les rangs des non-inscrits. Cet échec est lourd en conséquence pour le FN : il entraine une perte d’influence et de visibilité au sein du Parlement. Il privera par ailleurs les partis concernés de personnel, de fonds supplémentaires, de temps de parole eu Parlement européen.

Pourtant, le leader du parti néerlandais Geert Wilders et Marine Le Pen s’étaient montrés confiants il y a quelques semaines. "Nous n’avons aucune inquiétude quant à l’existence future de notre groupe" avait déclaré la présidente du front national le 28 mai dernier. Les deux partis avaient même trouvé un accord avant les élections pour "détruire l'Europe de l'intérieur".

Florian Philippot a expliqué que son parti avait échoué à constituer un groupe en raison d'un "choix de cohérence politique". Le député européen a admis que le FN aurait "préféré en avoir un" et il espère "toujours le faire dans les cinq ans. Il n'y a pas de date butoir. Le principal est que nous soyons là", a-t-il poursuivi.  

lu sur lemonde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !