Florian Philippot remet la "responsabilité" des médias en cause lorsqu'ils s'entretiennent avec Jean-Marie Le Pen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Florian Philippot remet la "responsabilité" des médias en cause lorsqu'ils s'entretiennent avec Jean-Marie Le Pen
©Reuters

La bataille continue

Florian Philippot remet la "responsabilité" des médias en cause lorsqu'ils s'entretiennent avec Jean-Marie Le Pen

"Monsieur Le Pen crée un trouble phénoménal mais en même temps, moi je pose la question de la responsabilité des journalistes" a-t-il déclaré au micro de BFMTV.

Florian Philippot était l’invité de BFMTV ce mercredi matin et a interrogé la "responsabilité" des médias quant aux interviews proposées à Jean-Marie Le Pen. Selon le numéro 2 du Front National, s’entretenir avec le fondateur du parti relève du "voyeurisme le plus malsain". "Monsieur Le Pen crée un trouble phénoménal mais en même temps, moi je pose la question de la responsabilité des journalistes. Aller voir un vieux monsieur comme Monsieur Le Pen pour faire une interview…  On sait qu’il va cracher, insulter et diffamer. Pour moi, on n’est pas dans le journalisme mais dans le voyeurisme le plus malsain", a déclaré Florian Philippot.

Alors qu’il lui était rappelé que Jean-Marie Le Pen était président d'honneur du FN, président du groupe Front National en région PACA et eurodéputé, et qu’il est à ces titres, légitime de l’interviewer, Florian Philippot a une seconde fois remis en cause la responsabilité des médias. "Sur des sujets de fond pourquoi pas mais pas pour faire cracher sur des gens. Est-ce qu’on est encore dans le journalisme ? Je pose la question".

Dans les colonnes du Parisien (numéro paru ce mercredi), Jean-Marie Le Pen a suspecté Florian Philippot d'être "un agent double envoyé en mission" par la droite pour "saboter le FN de l'intérieur". "Quel est son objectif ? Pourquoi est-il là ? Il pourrait être parfaitement un agent double envoyé en mission", a-t-il interrogé.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !