Fitch maintient le triple A de la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Fitch maintient le triple A de la France
©

Toujours ça

Fitch maintient le triple A de la France

L'agence de notation précise que la perspective liée à cette note, la plus élevée possible, reste négative.

C'est une nouvelle que François Hollande devrait accueillir avec le sourire. Fitch Ratings a annoncé vendredi avoir maintenu la note "AAA" attachée à la dette souveraine de la France, au nom de l'économie diversifiée du pays, de la stabilité de ses institutions et de sa marge de manoeuvre en termes de financement. Fin novembre, l'un des responsables de Fitch avait dit que l'agence pourrait à son tour priver la France de sa note "triple A" l'an prochain si Paris ne parvenait pas à atteindre ses objectifs budgétaires et si la croissance économique était inférieure aux prévisions.

"La confirmation de la note 'AAA' de la France repose sur son économie riche et diversifiée, ses institutions politiques, civiles et sociales stables et son exceptionnelle flexibilité financière qui reflète son statut de grand émetteur de référence de la zone euro", indique l'agence dans un communiqué.

Ce maintien tranche avec les décisions prises par les deux autres grandes agences de notation, Standard & Poor's et Moody's. La première a privé la France de sa note triple A en janvier pour ramener à AA+, et la deuxième l'a abaissée fin novembre d'un cran, de Aaa à Aa1, estimant que les perspectives de croissance économique à long terme du pays étaient notamment affectées par une perte de compétitivité graduelle et continue ainsi que par des rigidités à long terme de ses marchés du travail, des biens et des services. Standard & Poor's comme Moody's ont maintenu leur note respective sous perspective négative.

Réagissant à la décision de Fitch sur Europe 1, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a déclaré : "C'est un encouragement pour le présent parce que cette agence dit bien que la France va dans la bonne direction, que nous sommes en train de faire des réformes structurelles dont ce pays a besoin, notamment sur la compétitivité, en train aussi de réduire nos déficits, de nous désendetter, ce qui est indispensable". "Et c'est un aiguillon pour l'avenir, parce que ce que nous dit cette agence, c'est qu'il faut continuer", a-t-il ajouté.

"Ce que j'en tire fondamentalement, c'est la solidité de l'économie française, c'est la confiance qu'on peut lui faire, et c'est l'impérieuse nécessité de poursuivre dans le sillon que nous avons tracé : construction européenne, sérieux budgétaire et compétitivité." Fitch a cependant maintenu la perspective négative assortie à la note de la France, ce qui laisse la porte ouverte à un abaissement. Dans son communiqué, l'agence explique qu'une décision sur la question sera prise en 2013, avec un risque de dégradation légèrement supérieur à 50.

Sa décision, explique Fitch, sera fondée sur quatre critères: le rythme et l'ampleur des réformes économiques, les perspectives de croissance à moyen terme au regard de la crise de la zone euro, la probabilité du respect des objectifs en termes de déficits et de dette et les risques budgétaires et économiques liés à la crise de la dette en zone euro.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !