Finances publiques : la Cour des comptes dénonce les dérives du quinquennat Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Finances publiques : la Cour des comptes dénonce les dérives du quinquennat Hollande
©Reuters

À charge

Finances publiques : la Cour des comptes dénonce les dérives du quinquennat Hollande

En l'absence de "mesures fortes de redressement", le déficit public devrait atteindre 3,2 % du produit intérieur brut (PIB) en 2017, estiment les Sages.

Dans un audit sur la "situation et les perspectives des finances publiques" remis ce jeudi au Premier ministre, la Cour des comptes chiffre à 3,2% du PIB le déficit prévu pour 2017, et étrille la gestion des finances publiques sous le quinquennat de François Hollande.

Au fil de ce rapport remis à Édouard Philippe par Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, les Sages jugent notamment que la prévision de déficit 2017 de la précédente magistrature à 2,8% reposait sur des hypothèses totalement irréalistes, et estiment même que l'exécutif de François Hollande aurait sciemment publié des prévisions "insincères". 

>>>> À lire aussi : La promesse d’avènement de nouveau monde sera-t-elle au quinquennat Macron ce que celle de l’inversion de la courbe du chômage a été à celui de Hollande ?

"La prévision des recettes apparaît surestimée et les dépenses manifestement sous-évaluées (…) Des biais de construction ont affecté la sincérité de la loi de finance initiale et du programme de stabilité", transmis chaque année à la Commission européenne, écrivent les auteurs de cet audit. 

Environ 8 milliards d'euros au total manqueraient ainsi au budget pour tenir les objectifs annoncés. Si aucune mesure n'est prise d'ici la fin de l'année, "le déficit public pourrait être supérieur de l'ordre de 0,4 point de PIB à celui prévu dans le Programme de stabilité conduisant à une prévision de déficit autour de 3,2 points de PIB", estime la Cour des comptes.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !