Fermeture de Florange : les syndicats disent non aux discussions sur un plan social | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Fermeture de Florange : les syndicats disent non aux discussions sur un plan social
©

Menaces

Fermeture de Florange : les syndicats disent non aux discussions sur un plan social

Le groupe a par ailleurs annoncé qu'il accordait deux mois aux pouvoirs publics pour trouver un industriel susceptible de reprendre les deux hauts-fourneaux, l'aciérie et la cokerie.

Le climat dans l'usine ArcelorMittal de Florange se dégrade un peu plus. Les syndicats de l'usine ont en effet expliqué ce mardi qu'ils refusaient de discuter d'un plan social proposé par la direction du site suite à une réunion du comité d'entreprise qui s'est tenue ce mardi à Metz tant que l'espoir de trouver un repreneur n'était pas abandonné. Le groupe sidérurgique avait par ailleurs annoncé lundi qu'il accordait deux mois aux pouvoirs publics pour trouver un industriel susceptible de reprendre les deux hauts-fourneaux, l'aciérie et la cokerie. La réunion, bien que tendue, s'est plutôt bien déroulée même si près de cent salariés de l'aciérie manifestaient devant le siège du Groupement des entreprises sidérurgiques et métallurgiques (Gesim). De nombreux policiers avaient par ailleurs été mobilisés pour faire en sorte que la manifestation ne dégénère pas.

Les syndicats ont adressé un courrier à Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, pour lui demander d'inviter la direction à respecter le délai des deux mois avant toute négociation. Selon les syndicats, aucun entrepreneur ne sera intéressé par la reprise d'une partie seulement des installations de l'aciérie, des hauts-fourneaux et de la cokerie. ArcelorMittal a confirmé lundi la fermeture définitive des deux hauts-fourneaux de Florange, arrêté depuis maintenant quatorze mois. 629 personnes sont directement concernées.

L'avenir de l'activité packaging (acier pour boîtage) s'annonce également sombre selon les syndicats qui craignent que la direction ne garde que la transformation de l'acier pour l'automobile soit près de 900 emplois sur mes 2 750 CDI actuels de Florange. La direction aurait en effet conditionné l'avenir de cette activité à la possibilité de réaliser des gains de productivité.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !