Fantômette est orpheline : son créateur Georges Chaulet est mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Fantômette est orpheline : son créateur Georges Chaulet est mort
©

Dispartition

Fantômette est orpheline : son créateur Georges Chaulet est mort

Georges Chaulet, l'auteur de la célèbre série pour enfants est décédé à l'âge de 81 ans.

Fantômette est orpheline. Le créateur de la justicière masquée au justaucorps jaune est décédé le 13 octobre à l’âge de 81 ans, a annoncé ce lundi son éditeur, Hachette.

Depuis plus de 50 ans, Georges Chaulet était l'un des piliers de la collection pour enfants Bibliothèque Rose. Il a créé sa super-héroïne Fantômette en 1961 et lui a fait vivre plus de 50 aventures. Avec 15 millions d'exemplaires vendus, la justicière masquée en tunique jaune et collant noir a conquis des générations entières de lecteurs et de lectrices.

Dans son communiqué, l'équipe de la Bibliothèque Rose rend hommage à l'"imagination sans limite" de Georges Chaulet. Elle souligne que ce "créateur d'avant-garde, féministe avant l'heure (...) avait fait naître l'un des premiers rôles féminins actif, intelligent et autonome de la littérature jeunesse".

Né en 1931 à Paris, Georges Chaulet a quatre ans lorsque sa famille s'installe au Caire. Un an plus tard, sa famille élit domicile à Antony, en région parisienne. C'est à l'âge de 15 ou 16 ans qu'il se met à écrire ses premiers romans. Une fois son bac en poche, il s'inscrit à l'école des Beaux-Arts de Paris, mais en 1952, il part faire son service militaire en Allemagne. Son rejet absolu de l'autorité transforme son séjour en cauchemar. Il se réfugie alors dans l'écriture et décide d'en faire son métier. En 1957, il publie le premier tome de la série "Les 4 As" aux éditions Casterman.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !