Failles de sécurité sur l'île Longue : pas d'inquiétude à avoir selon Le Drian | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Yves Le Drian "confie à l'inspection générale des armées une enquête approfondie sur la sécurité de l'Ile Longue".
Jean-Yves Le Drian "confie à l'inspection générale des armées une enquête approfondie sur la sécurité de l'Ile Longue".
©REUTERS/Philippe Wojazer

Alerte nucléaire ?

Failles de sécurité sur l'île Longue : pas d'inquiétude à avoir selon Le Drian

Suite à l'article du Télégramme affirmant qu'il y a des failles de sécurité sur la base d'île Longue, le ministre de la Défense demande une enquête.

Pas d'inquiétude à avoir en ce qui concerne la dissuasion nucléaire selon le ministère de la Défense. Pierre Bayle, le porte-parole, a en effet déclaré lors d'un point presse : "Je tiens à rassurer tous ceux qui craindraient pour la sécurité de notre dissuasion, celle-ci n'est pas en défaut". Quant au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, il "confie à l'inspection générale des armées une enquête approfondie sur la sécurité terrestre, maritime et aérienne de l'Ile Longue" selon son entourage.

Ces déclarations font suite à la publication par le quotidien de presse régionale Le Télégramme d'une enquête évoquant de "nombreuses failles de sécurité" sur le site de l'île Longue, en rade de Brest. Pour rappel, cette base abrite des sous-marins nucléaires.

Hervé Chambonnière, le journaliste à l'origine de l'article, fait notamment état de failles dans les contrôles du personnel, ou encore dans l'inspection systématique des véhicules. Le quotidien breton assure ainsi qu'il n'y a "pas de système de contrôle biométrique, qui offre pourtant une incomparable garantie d'authentification grâce à la reconnaissance digitale et/ou de l'iris de l'œil" précisant que le contrôle des personnes autorisés à se rendre sur le site "s'effectue au moyen de badges nominatifs équipés d'une simple bande magnétique (très facilement copiable) et d'une photo". 

Le quotidien assure par ailleurs que les véhicules n'ont besoin pour entrer sur le site que d'"un vulgaire morceau de feuille de papier blanc, où figurent quelques informations basiques". Le journaliste s'interroge d'ailleurs : " pourquoi les nombreux camions-bennes et toupies qui y pénètrent, et qui peuvent cacher de grandes quantités d'explosifs ou de nombreuses personnes, ne sont-ils pas systématiquement inspectés, comme nous l'avons constaté à plusieurs reprises à l'entrée de la base ?".

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !