Facebook achète des brevets à Microsoft pour 550 millions de dollars | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Facebook achète des brevets à Microsoft pour 550 millions de dollars
©

Gros dépensier

Facebook achète des brevets à Microsoft pour 550 millions de dollars

Le réseau social avait déjà dépensé un milliard de dollars pour l'achat d'Instagram au début du mois d'avril.

Multipliant les grosses dépenses à l'approche de son entrée en Bourse, Facebook a annoncé qu'il allait débourser 550 millions de dollars pour acheter des centaines de brevets à Microsoft.

Avec cette deuxième grosse opération financière de la société californienne en moins d'un mois, après l'achat de la petite startup de photo Instagram pour un milliard de dollars, Facebook renforce ses défenses de propriété intellectuelle, dans un contexte où les contentieux à ce sujet se multiplient.

Facebook, qui revendique désormais 901 millions d'utilisateurs dans le monde, a lui-même été poursuivi par Yahoo!, qui lui reproche d'usurper ses innovations dans des domaines aussi cruciaux que le fonctionnement en réseau, ou le marketing. Facebook a riposté au début du mois avec une autre plainte, accusant Yahoo! de méfaits similaires.

Le détail du portefeuille qui va changer de main à l'occasion de la transaction annoncée lundi n'a pas été divulgué, mais il s'agit manifestement d'inventions auxquelles tenait Facebook, qui avait tenté, selon des informations de presse, d'acheter ces brevets lorsqu'ils ont été mis en vente au début du mois par AOL, pionnier d'internet aujourd'hui en déclin.

C'est Microsoft qui avait emporté la mise pour 1,056 milliard de dollars, une offre hors de portée de Facebook qui n'était intéressé que par une partie du lot mis en vente par AOL.

Microsoft avait acquis 925 brevets américains ou dossiers de brevets, plus une licence d'exploitation pour quelque 300 brevets supplémentaires qui n'étaient pas à vendre, ont expliqué Microsoft et Facebook dans un communiqué commun.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !