Facebook : un an après son introduction en Bourse, quel bilan ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le 18 mai 2012, Facebook faisait son entrée à 38 dollars au Nasdaq.
Le 18 mai 2012, Facebook faisait son entrée à 38 dollars au Nasdaq.
©

Joyeux anniversaire !

Facebook : un an après son introduction en Bourse, quel bilan ?

Un an après son introduction ratée en Bourse, le réseau social de Mark Zuckerberg compte sur sa stratégie centrée sur le mobile pour redresser la barre.

Le 18 mai 2012, Facebook faisait son entrée à 38 dollars au Nasdaq, soit une valorisation de plus de 100 milliards de dollars (environ 760 millions d'euros). S'en est suivi l'un des plus grands flops de l'histoire boursière américaine. En un an, la valeur de l’action a perdu 30%, le titre a cédé la moitié de sa valeur rien que les quatre premiers mois. Depuis, les choses se sont (un peu) arrangées pour Facebook : son action, qui a clôturé mercredi à 26,6 dollars, semble s'être stabilisée dans une fourchette de 25 à 28 dollars.

Mais les espérances les plus folles se sont envolées. La comparaison avec Google est d'ailleurs cruelle : "le 18 mai 2012, Facebook valait la moitié de Google (104 milliards contre 205). Aujourd’hui, le réseau vaut cinq fois moins (63 milliards contre 310)", explique le site spécialisé 01 Net. Certes, Facebook est parvenu à apaiser une partie des inquiétudes en faisant passer ses recettes mobiles en un an de zéro à 30% de ses revenus publicitaires, souligne Le Parisien. Mais de nouvelles craintes sont apparues, sur une supposée lassitude face à un réseau plus assez "cool", en particulier pour les jeunes.

De plus, la conversion à marche forcée de Facebook au mobile est extrêmement coûteuse. "Les dépenses en recherche et développement ont bondi de 95% durant le dernier trimestre", explique Le Figaro qui remarque par ailleurs que le revenu par utilisateur progresse peu : il est passé de 1,21 à 1,35 dollar en un an.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !