Face au véto de Macron à la fusion d'Agir avec Horizons, Edouard Philippe ne mâche pas ses mots | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Edouard Philippe
Edouard Philippe
©AFP

Mauvaise humeur

Face au véto de Macron à la fusion d'Agir avec Horizons, Edouard Philippe ne mâche pas ses mots

Le maire du Havre ne veut pas qu'on l’emmerde

Edouard Philippe a lancé samedi les 100 premiers comités municipaux de son parti, Horizons. L’ancien Premier ministre est très concentré sur l’installation de sa formation. Mais celle-ci a connu un revers : le chef de l’Etat s’est opposé à sa fusion avec Agir constate l'Opinion.

Le maire du Havre n’apprécie pas. « Je ne veux pas être ministre. Je ne veux pas aller à l’Assemblée. Je ne demande rien. Mais je n’ai pas envie qu’on m’emmerde, puisque c’est un terme à la mode », dit-il à l’Opinion.

Autour de la table, alors que le sujet du jour portera sur l’entrée du chef de l’Etat dans l’arène présidentielle, un siège restera vide : celui d’Edouard Philippe. 

"Désormais en dehors de la maison commune, Edouard Philippe est dans la construction d’un bras de fer. S’il demeure un intérêt commun – l’élection dans la foulée de celle d’Emmanuel Macron d’une majorité présidentielle – il y a, au sein de celui-ci, des intérêts divergents. En clair, les élections législatives de juin pourront provoquer quelques frottements en macronie." écrit l'Opinion

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !