Expulsions : la presse juge la prestation délicate de Manuel Valls sur l'immigration | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Expulsions : la presse juge la prestation délicate de Manuel Valls sur l'immigration
©

Vas-y Manu

Expulsions : la presse juge la prestation délicate de Manuel Valls sur l'immigration

Pour Europe1.fr, par exemple, l’annonce faite par le ministre avait tout l’air d’un numéro d’équilibriste.

Il y a les chiffres. Et il y a la méthode. Ce vendredi, Manuel Valls a présenté un bilan chiffré de sa politique en matière d’immigration et annoncé 27 000 expulsions en 2013 contre 36 000 en 2012.

Un exercice auquel n’est pas habitué le ministre, qui proclamait jusque là vouloir rompre "avec la politique du chiffre", mais auquel il s'est plié, à deux mois des élections municipales.  Comment cet exercice a-t-il été reçu par la presse ? Pour Europe1.fr, l’annonce faite par Manuel Valls avait tout l’air d’un numéro d’équilibriste pour un ministre qui doit ménager la chèvre et le chou. La fermeté et l’humanisme. Son aile droite et son aile gauche, popularité oblige.  

Résultat : en conférence de presse, la politique du ministre en matière d’intégration et de régularisation, en hausse, est évoquée mais au second plan, après les chiffres d’éloignement des sans-papiers. "Le ministre de l’Intérieur, ambitieux, ne veut se fâcher avec personne", souligne le site.

Même bilan pour Lemonde.fr, qui pointe les points forts et les points faibles de la conférence de Manuel Valls. Si pour ne pas être taxé de "laxiste", argument régulièrement souligné par la droite, Manuel Valls a riposté chiffres contre chiffres, il a en revanche assuré un service minimum lorsqu’il s’agissait d’évoquer le chiffre des régularisation.

"La relative discrétion de la place Beauvau sur la question des régularisations illustre le souci constant, chez M. Valls, de moins communiquer sur les aspects humanistes de sa politique que sur ceux répressifs”, écrit le site du quotidien du soir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !