Explosion au Palais des Sports : un des blessés est mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Explosion au Palais des Sports : un des blessés est mort
©

Drame

Explosion au Palais des Sports : un des blessés est mort

Un engin pyrotechnique a explosé accidentellement lors des répétitions de "1789 Les amants de la Bastille", vendredi soir à Paris.

L'un des quinze blessés de l'explosion survenue vendredi soir à Paris lors des répétitions de la comédie musicale "1789 Les amants de la Bastille", au Palais des Sports, est mort dans la nuit, a-t-on appris samedi. La victime, un salarié du spectacle, se trouvait en arrêt cardiaque lorsque les pompiers sont intervenus, précise Europe 1.Quatre autres personnes sont dans un état grave mais hors de danger. Dans un communiqué, la production a annoncé qu'elle annulait les représentations prévues ce week-end. 

Le drame s'est produit vers 18h. D'après les premiers éléments de l'enquête, relayés par Le Parisien"l'accident se serait produit quand un ouvrier a utilisé une disqueuse à proximité du local où étaient entreposés les engins pyrotechniques". Le disque de l'appareil "s'est brisé et c'est un fragment de la lame circulaire qui a été propulsé dans le local et a mis le feu aux fusées. [...] Sous l'effet de la déflagration, un mur s'est effondré et a écrasé d'autres employés".

Sur place, il n'y avait que les artistes, a précisé le Palais des SportsLe ministre de l'Intérieur Manuel Valls est arrivé sur place à 19h30 et s'est entretenu pendant une demi-heure avec le commandant dirigeant les opérations de secours. La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a joint en début de soirée l'un des producteurs, Albert Cohen, et lui a adressé "un message de solidarité", selon un porte-parole.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !