Évasion fiscale : 353 grandes fortunes françaises démarchées par UBS pour ouvrir un compte en Suisse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Évasion fiscale : 353 grandes fortunes françaises démarchées par UBS pour ouvrir un compte en Suisse
©

UBS, "Boîte noire du crime" ?

Évasion fiscale : 353 grandes fortunes françaises démarchées par UBS pour ouvrir un compte en Suisse

Le démarchage commercial illicite aurait permis de soustraire 850 millions d'euros au fisc français.

Le journal Le Monde a révélé que la justice a dressé une liste de 353 contribuables français, dont des personnalités connues, soupçonnés de détenir des comptes non déclarés en Suisse et qui auraient été démarchés par des commerciaux de la banque UBS dans cette fin précise.

Cette liste a été transmise au ministère des Finances dans le cadre de l'enquête ouverte sur des démarchages illicites d'UBS.

Les grandes fortunes citées dans la liste sont toutes visés par quatre demandes d'entraide administrative, adressées depuis décembre 2012 par Bercy aux autorités suisses. L'enquête judiciaire a déjà révélé qu'une cinquantaine d'entre eux détiennent bien un compte en Suisse, sans qu'il soit déterminé s'ils ont été déclarés ou non au fisc français. 850 millions d'euros seraient en jeu.

La banque helvétique est suspectée d'avoir mis en place un système démarchage commercial en France afin de proposer aux riches Français des placements visant à se soustraire au fisc. Trois responsables d'UBS France ont été mis en examen dans ce dossier, selon une source judiciaire. Selon Le Monde, la banque organisait des concerts et des tournois de golf pour prospecter ses clients.

"Faire croire qu'UBS est la boîte noire du crime mondial, ça me rappelle Clearstream, c'est vraiment la théorie du complot", a affirmé au Monde Jean-Frédéric de Leusse, président d'UBS France.

La procédure a été confiée aux juges d'instruction Guillaume Daieff et Serge Tournaire.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !