Eurovision : la Suède redoute une attaque de l'Etat islamique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les responsables de la compétition musicale européenne ont expliqué qu'ils travaillaient en collaboration avec le service de renseignements suédois.
Les responsables de la compétition musicale européenne ont expliqué qu'ils travaillaient en collaboration avec le service de renseignements suédois.
©Reuters

Menace

Eurovision : la Suède redoute une attaque de l'Etat islamique

"Sept ou huit" membres de l'Etat islamique seraient actuellement dans le pays hôte afin de s'en prendre à des cibles civiles à Stockholm, estiment les services de sécurité irakiens.

Selon les informations de la presse suédoise, citée par le quotidien britannique "Daily Mail", la prochaine édition de l'Eurovision pourrait être une cible privilégiée de l'Etat islamique. 

Les responsables de la compétition musicale européenne ont expliqué qu'ils travaillaient en collaboration avec le service de renseignements suédois, le Sapö, qui a reçu des informations laissant présager une attaque de combattants djihadistes lors de l'événement. "Sept ou huit" membres de l'Etat islamique seraient actuellement dans le pays hôte afin de s'en prendre à des cibles civiles à Stockholm, estiment quant à eux les services de sécurité irakiens.

Le Sapö aurait décidé de prendre au sérieux cette menace qui reste cependant assez floue, en conseillant aux organisateurs de rencontrer la police afin de renforcer la sécurité autour de l'événement, le 14 mai prochain. Les membres du Sapö seraient travailleraient en étroite collaboration avec les services irakiens pour tenter d'en savoir plus sur la crédibilité de cette menace. 

>>>> À lire aussi : Pourquoi la présence accrue de membres de l'Etat islamique en Europe pointée par le chef du renseignement américain pourrait correspondre au retour de djihadistes partis combattre en Syrie

Lu sur Le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !