Européennes : Emmanuel Macron veut bâtir "une liste la plus large possible en France" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Européennes : Emmanuel Macron veut bâtir "une liste la plus large possible en France"
©Thomas SAMSON / POOL / AFP

Impliqué

Européennes : Emmanuel Macron veut bâtir "une liste la plus large possible en France"

Dans un entretien au JDD, le président de la République assure qu'il s'impliquera dans la campagne des Européennes "pour une Europe de l'ambition et de l'avenir, des démocrates et des progressistes."

En visite aux Antilles depuis jeudi, Emmanuel Macron a répondu à une interview du JDD, dans laquelle il revient sur sa rentrée ratée. "En cette rentrée, j’ai une volonté de ­retourner à un terrain qui peut être difficile, mais qui ne tolère aucune dérobade. Il faut aller au contact des gens. Cela veut aussi dire accepter leur colère, leur impatience, leur détresse", déclare le président de la République.

Dans cet entretien, il mentionne particulièrement son prochain combat électoral, celui des élections européennes de mai 2019. "Pour les élections européennes, je ferai tout pour que les progressistes, les démocrates et ceux dont je porte la voix - je l'espère incarnée par une liste la plus large possible en France - se fassent entendre. Mais ce scrutin n’aura aucun impact sur la politique que le gouvernement doit mener", assure-t-il. "Je m'implique en permanence autour de la table du Conseil européen. Et je m'impliquerai car je crois à une campagne pour une Europe de l'ambition et de l'avenir, des démocrates et des progressistes", ajoute-t-il.

"C'est un combat de civilisation, un combat historique, et je ne céderai rien aux extrêmes. Je crois au retour des peuples. Je ne suis pas un européiste, ni un mondialiste. Je crois à l'identité forte de chaque peuple, je crois à l'histoire et à l'ambition de notre peuple. Je veux le convaincre que l'Europe, c'est ce qui l'accompagne, le protège. Je suis pour tourner la page d'une Europe ultralibérale, mais aussi pour éviter la page d'une Europe des nationalismes. L'Europe, c'est notre bonne protection. Encore faut-il la repenser et la rebâtir", déclare-t-il.

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !