Des éthylotests en voiture et dans les discothèques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Des éthylotests en voiture
et dans les discothèques
©

Pas de petit dernier pour la route

Des éthylotests en voiture et dans les discothèques

L'alcool est responsable de plus d'un tiers des accidents mortels sur la route. Près de 5 500 établissements vont devoir s'équiper en tests.

En matière de sécurité routière, le débat se focalisait jusqu'à présent principalement sur les radars. Mais la première cause de mortalité sur les routes, c'est l'alcool. Selon la Sécurité routière, 31% des accidents mortels sont imputables à l'alcool et, dans 92% des cas, le conducteur alcoolisé est un homme.

Deux mesures ciblent désormais la consommation d'alcool au volant. La première, c'est la présence obligatoire d'éthylotests dans les voitures à partir du printemps 2012. La deuxième concerne les boîtes et autres "débits de boissons autorisés à fermer entre 2h et 7h" : dès aujourd'hui, ils vont devoir s'équiper en "dispositifs chimiques ou électroniques certifiés permettant le dépistage de l'imprégnation alcoolique".

Les 2 500 discothèques, mais aussi les cabarets, bars d'hôtel et autres bars à ambiance musicale doivent désormais être en mesure de fournir un test à toute personne qui en fait la demande. Les 5 500 établissements concernés doivent aussi apposer un signe près de la sortie, indiquant : "Soufflez, vous saurez. Ici, pour savoir si vous pouvez conduire, demandez un éthylotest".

Les bars qui ferment avant deux heures du matin ne sont eux pas concernés, et l'association "Victimes et citoyens" regrette que la mesure ne soit pas appliquée plus largement."Pourquoi ne pas avoir étendu l'obligation aux salles de réception? ou encore aux restaurants ou encore aux bars ouverts au-delà des heures réglementaires?"

Lu sur TF1news

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !