Un financier américain dénonce la folie des marchés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Un financier américain
dénonce la folie des marchés
©

Coup de gueule

Un financier américain dénonce la folie des marchés

Pour Jack Bogle, il est inoui qu'il y ait sur les marchés 200 fois plus de spéculation que d'investissements.

John Bogle a fait partie des 1% des Américains les plus riches ces 20 dernières années. Difficile à croire, mais à 82 ans, le fondateur des fonds de placement américains Vanguard est un fervent pourfendeur des inégalités économiques. Ardent défenseur des fonds indiciels low cost, il dénonce sans relâche depuis des années les taux élevés de fonds d'investissement qui ponctionnent la marge de leurs clients. 

"Nos marchés sont devenus fous, il y a 200 fois plus de spéculation que d'investissements", s'insurge-t-il. On croirait entendre un participant du mouvement Occupy Wall Street, s'amuse un journaliste de Business Insider

Voilà maintenant 15 ans que le fondateur de Vanguard a démissionné de son poste de PDG chez Vanguard. Il a été le premier à lancer les fonds communs de placements mutualistes en 1976. Vanguard est aujourd'hui l'une des plus grandes sociétés de placements dans le monde, et gère près de 1,7 billion de dollars d'actifs. 

Bogle se dit aussi attentif aux politiques fiscales de son pays qu'il considère injuste, y compris celles qui favorisent les sociétés de fonds de placement et les investisseurs financiers. Le taux d'imposition le plus élevé pour les dividendes et les plus-values ​​à long terme est historiquement bas (15%), en raison de la politique de forte diminution des impôts menée par George Bush, et poursuivie par Barack Obama. A contrario, les salariés payent en moyenne 35% d'impôts. une disparité à laquelle Bogle s'oppose.

"Je pense que les riches devraient payer plus, explique le financier dans une interview accordée à Business Insider. Le problème c'est que nous n'avons pas us faire la différence entre les revenus des salariés et les revenus du capital. Est-il juste qu'en jouant en bourse à Wall Street ont paye 15% d'impôt, alors qu'un honnête travailleur, un maçon par exemple, soit deux fois plus imposé? C'est d'une absurdité totale."

"Le taux de taxation doit être changé, mais nous devons aussi regarder ce que nous taxons et comment. Les revenus de dividendes doivent être taxés au même taux que les revenus ordinaires, estime-t-il. Tout comme les gains en capital (...) Les revenus de placement, en particulier ceux à court terme, devrait être taxé à la hauteur des revenus des salariés actuellement."

Pour lui, le mouvement Occupy Wall Street - bien que trop idéaliste - a permis de faire remonter à la surface ces problèmes structurels de l'économie et de la société américaine. 

Dans son livre, Le choc des cultures : investissement VS spéculation, John Bogle explique comment le système financier en est venu "à déraper" : "Nous le considérons comme un moyen de fournir des capitaux aux nouvelles entreprises. Chaque année, nous faisons ça à hauteur de 200 milliards de dollars par le biais de Wall Street. Et pourtant, la valeur des échanges chaque année avoisine les 40 trillions de dollars. Si je vous vends mon investissement et que vous me l'acheter, cela ne crée aucune valeur pour la société. Cela lui soustrait de la valeur, parce que le gars au milieu de tout ça prend sa part du gâteau (...) Nous devons apprendre à apprivoiser la part de spéculation de notre système financier."

 

 

 

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !