États-Unis : le FBI plume les sites de poker en ligne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
États-Unis : le FBI plume 
les sites de poker en ligne
©

Tapis

États-Unis : le FBI plume les sites de poker en ligne

Le FBI a mené ce week-end une action percutante en fermant plusieurs enseignes de poker en ligne. Les fondateurs des sites exerçant une activité illégale sur le territoire américain, sont condamnés à reverser le revenus des jeux et encourent des peines de prison.

Quand il s’agit de poker en ligne, le gouvernement américain ne bluff plus. Le FBI a mené ce week-end une opération coup de poing entrainant la fermeture des plus gros sites de jeux en ligne. Sur le page d’accueil de PokerStars, Full Tilt Poker ou encore Absolute Poker, est rappelée cette mention qui tombe comme un couperet : « La réalisation, le financement, la gestion, la supervision, la direction, ou la possession de tout ou partie d'une entreprise de jeu illégal est un crime fédéral ». Le site du FBI confirme qu’il ne s’agit pas d’une plaisanterie. Et pour cause, les jeux d’argent en ligne sont prohibés aux États-Unis depuis la décision rendue par le Congrès en 2006.

À la fermeture effective de ces sites, s’ajoutent des poursuites judiciaires à l'encontre de leurs fondateurs, accusés de fraudes bancaires et de blanchiment d'argent. « Les accusés, sachant très bien que leurs affaires sont illégales aux États-Unis, ont menti aux banques sur la vraie nature de leurs activités » commente Janice Fedarcyk, en charge du dossier au FBI. « Ils ont fait le pari qu'ils pouvaient continuer leurs activités, mais ont perdu ». Ils risquent de perdre bien plus encore, puisque les autorités souhaitent récupérer les revenus de jeux perçus. Une manne qu’elles estiment à près de 3 milliards de dollars. Quant aux créateurs des sites incriminés, ils encourent des peines de vingt ans de prison.

Le gel des comptes bancaires des fondateurs ainsi que les réclamations de la justice américaine ont semé un vent de panique auprès de joueurs européens. Pourtant, sans avoir des as dans leurs manches, ces derniers s’en tirent finalement à bon compte. Contrairement aux joueurs d’outre-atlantique, considérés comme hors la loi, les joueurs européens pourront probablement récupérer leur cagnotte.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !